Membre du CCOJB

 

« Soins et Maintien à domicile des survivants de la Shoah »

Avec l’aide de la Claims Conference  le Service social juif (SSJ) a mis en place, en décembre 2010, le programme « Soins et Maintien à domicile » à l’usage des survivants de la Shoah.

Nombreux sont aujourd’hui dans notre Communauté les survivants, qui éprouvent des difficultés et des besoins d’ordres divers : santé, problèmes physiques ou psychologiques, surendettement, aides ménagères et familiales.

Le principe de ce programme est de venir en aide à ces survivants afin qu’ils puissent  se maintenir le plus longtemps possible dans leur cadre de vie habituel.

L’aide du Service Social Juif peut prendre différentes formes : service d’aide à domicile, titres-service, chèques-taxi, bons d’achat alimentaires, participation à l’achat de lits médicalisés ou à des soins médicaux, etc., sans que cela constitue une aide financière directe.

Pour en bénéficier, les demandeurs sont tenus de signer une déclaration sur l’honneur concernant leurs revenus et leur patrimoine.

Les personnes concernées peuvent s’adresser à la permanence du Service Social Juif, du lundi au vendredi de 8h.30 à 12 H.30, ou en fixant un rendez-vous par écrit, par téléphone, ou encore par e-mail

le SSJ poursuivra donc sa mise en application en 2014.



Service Social Juif ASBL 68 avenue Ducpétiaux 1060 Bruxelles Tél. 02/5388180, fax : 02/5383704


 

Juin 2016

Comme un goût de vacances.

La Belgique est un pays étonnant à bien des points de vue. Des tunnels que l’on ferme, des chaussées qui s’effondrent, des réformes constitutionnelles en cascade qui laissent des citoyens tout ébaubis, des attentats meurtriers et des mesures de sécurité post-attentats à l’aéroport qui font la une des journaux, ici et ailleurs… La liste est longue et présente une importance plus ou moins grande. Mais c’est peut-être l’accumulation, plus que le caractère surréaliste, profondément local, qui fait qu’on sent une immense lassitude dans la population.
Le questionnement est ancré dans tous les esprits et aussi chez nos usagers. Parmi les personnes plus âgées, rescapées de la Shoah ou deuxième génération, l’impression d’insécurité grandit d’autant plus que la personne est en situation de fragilité. Il est vrai que des institutions comme le SSJ sont des lieux d’écoute et de rencontre, souvent multigénérationnelles, mais le sentiment demeure. Pour une société, il est important qu’il y ait du désir envers le chef, comme l’analysait Freud. Où est alors le désir, l’envie, puisque l’inquiétude prédomine?
Il est pourtant un sujet qui est fédérateur en Belgique, c’est la météo, comme si les aléas climatiques pouvaient alléger le coeur de ses angoisses les plus profondes. Il faut dire que la fin du mois d’avril et le début mai nous ont bousculés de manière brutale. Neige, grêle lourde et bruyante, pluie torrentielle pour aboutir à un épisode estival, à la limite caniculaire, rien n’a épargné une nature en plein éveil, dans l’attente du renouveau printanier. Les fleurs des cerisiers du Japon se sont figées, les clochettes du muguet se sont repliées sur elles-mêmes, les glycines se sont retenues de déverser leurs grappes odorantes.
Maintenant le soleil est revenu, notre coeur est plus léger et il y a comme un goût de vacances qui flotte dans l’air. Bruxelles, ma belle, chantait Dick Annegarn. Oui Bruxelles est belle, comme, un temps, allégée de ses blessures et des enjeux qui divisent. A la veille de l’été, je nous souhaite à tous une période plus apaisée, pleine de soleil, dehors et dans nos coeurs, auprès de ceux qui nous sont chers. Profitez bien de cette pause estivale pour vous ressourcer, vous reposer, lire, marcher...

Nous nous retrouverons donc en septembre et, en attendant, bonnes vacances à tous!

 


Pour lire le Carrefour, cliquez ici !