Membre du CCOJB

 

« Soins et Maintien à domicile des survivants de la Shoah »

Avec l’aide de la Claims Conference  le Service social juif (SSJ) a mis en place, en décembre 2010, le programme « Soins et Maintien à domicile » à l’usage des survivants de la Shoah.

Nombreux sont aujourd’hui dans notre Communauté les survivants, qui éprouvent des difficultés et des besoins d’ordres divers : santé, problèmes physiques ou psychologiques, surendettement, aides ménagères et familiales.

Le principe de ce programme est de venir en aide à ces survivants afin qu’ils puissent  se maintenir le plus longtemps possible dans leur cadre de vie habituel.

L’aide du Service Social Juif peut prendre différentes formes : service d’aide à domicile, titres-service, chèques-taxi, bons d’achat alimentaires, participation à l’achat de lits médicalisés ou à des soins médicaux, etc., sans que cela constitue une aide financière directe.

Pour en bénéficier, les demandeurs sont tenus de signer une déclaration sur l’honneur concernant leurs revenus et leur patrimoine.

Les personnes concernées peuvent s’adresser à la permanence du Service Social Juif, du lundi au vendredi de 8h.30 à 12 H.30, ou en fixant un rendez-vous par écrit, par téléphone, ou encore par e-mail

le SSJ poursuivra donc sa mise en application en 2014.



Service Social Juif ASBL 68 avenue Ducpétiaux 1060 Bruxelles Tél. 02/5388180, fax : 02/5383704


 

Avril 2016

Etre reconnu comme juif en Belgique

Vous ne vous trompez pas, ce n’est pas le même édito que le mois dernier. Si j’écris aujourd’hui être reconnu comme juif en Belgique c’est, qu’une fois de plus, nous allons parler de la loi de 1954 et son double critère de nationalité et de résidence.
Le 8 mars 2016, une réunion s’est tenue au cabinet du Premier Ministre, représenté par M. Michel Peters, accompagné de représentants du Ministère de la Défense et de la Santé, concernant le projet de modification de la loi de 1954. Lors de cette réunion, étaient présents les représentants des différentes organisations de la communauté juive.
Il a été annoncé que la loi de 1954 allait être modifiée et déposée au Parlement. Vous lirez plus loin un article détaillé, rédigé par Adeline Fohn, qui assistait à la réunion. Ce dont je voudrais vous parler ici, c’est des missions du Service Social Juif, parce que justement il est juif et que l’histoire du SSJ est évidemment liée à l’Histoire, avec un grand H, celle qui fait qu’aujourd’hui, encore et toujours, nous recevons, nous aidons, nous écoutons les survivants de la Shoah, les enfants cachés et les deuxièmes générations.
Notre rôle d’accompagnement, de soutien et d’écoute, est au coeur de notre action de tous les jours, de tous les instants. Nous devons, par respect et par devoir, au-delà des obligations légales qui nous sont imposées, être aux côtés de ceux qui ont souffert, pour alléger, si possible, un tant soit peu, le fardeau des souvenirs, des démarches et de ce qui est ressenti comme une humiliation supplémentaire, en cas de refus.
Certains s’inquiètent que le Service Social Juif soit juste un service social comme les autres. Eh bien non! Le Service Social Juif est bien juif et il a dans ses gènes la transmission de la mémoire et la reconnaissance du statut de victimes du nazisme, cette aberration de l’Histoire qui connaît de drôles de relents aujourd’hui, sous couvert d’antisionisme.
Le Service Social Juif répondra toujours présent pour aider ceux qui ont besoin de notre expérience et de nos compétences pour les défendre dans leurs droits, pour les aider à affronter les arcanes administratifs, pour se faire entendre quand leur voix n’est plus audible. Nous serons l’énergie qui leur manque, le souffle qui leur fait défaut, l’espoir qui les abandonne.
Nous sommes là pour vous!

Véronique Bucquet Lederman

 


Pour lire le Carrefour, cliquez ici !